^

Notre classe

Police hors de nos quartiers !

VIDÉO. « Espèce de con », « connard » : des policiers tabassent et insultent des jeunes à Lille

La semaine dernière dans le quartier Lille Sud, des jeunes ont été victimes de violences policières suite à un contrôle d’identité. La scène a été filmée par des habitants du quartier permettant ainsi de mettre en évidence, une fois de plus, que la police n’a pas vocation à protéger la population mais bien à la réprimer.

lundi 26 juillet

Crédits photo : Shahin Hazamy

C’est suite à un simple contrôle d’identité que la scène s’est déroulée. En effet, la semaine dernière, des jeunes du quartier Lille Sud ont été frappés et insultés à cause du fait qu’ils n’avaient pas sur eux leur carte d’identité. Des habitants du quartiers ont pu filmer l’interpellation mettant ainsi en lumière un nouveau cas de violences policières.

Dans la vidéo, on voit les policiers traîner au sol deux jeunes pour les sortir d’un bâtiment et leur donnant, par la suite, des coups. Ensuite on entend un policier invectiver un des jeunes au sol lui disant « lève-toi connard ! » continuant par la suite par un « espèce de con, lève-toi ». Une fois les jeunes immobilisés contre le mur, un des policiers gifle un des jeunes alors que ce dernier n’oppose aucune résistance et a ses mains en évidence contre le mur. Suite à ça, les habitants du quartier indiquent aux policiers qu’ils n’ont pas à se comporter comme ça. En réponse un des policiers dit « il n’y a aucun problème, si on le fait c’est qu’on sait qu’on peut le faire ». Alors un des habitants lui fait remarquer « non, c’est juste le fait que vous frappez des petits comme ça, c’est pas bien ! ». A cela, le policier répond alors « Ouais bah on peut aller taper les grands aussi hein » menaçant clairement l’habitant ne faisant qu’assister à la scène.

Mais ces violences ne se limitent pas au quartier de Lille. Dans de nombreux lieux et situations différentes la police, la police réprime et matraque, que ce soit dans les quartiers populaires où le nombre de violences policières ne se compte plus, d’Adama Traoré à Théo en passant par Zyed et Bouna, ou en manifestation en faisant usage de grenades lacrymogènes (ou gli-f4), en tirant avec des LBD et en chargeant les manifestants à tout va. Des interventions semblables se sont également déroulées lors de la pandémie comme à la rave-party de Redon ou en 2019 pendant la fête de la musique où avait eu lieu la mort de Steve, après une confrontation avec la police

Les faits et les preuves s’accumulent, et les insultes et coups subis par les jeunes dans le quartier de Lille Sud ne viennent que rallonger la longue liste de violences policières, montrant bien que la police est une institution foncièrement répressive et raciste.




Mots-clés

Racisme d’État   /    Police   /    Jeunesse   /    Racisme   /    Violences policières   /    Notre classe