^

Racisme et violences d’Etat

La police tue !

Trois ans après la mort de Zineb Redouane, week-end de mobilisation à Marseille

Trois ans après le décès de Zineb Redouane des suites d’un tir de grenade lacrymogène à Marseille, une série d’actions est organisée contre la répression et l’impunité policière dans les jours à venir. Un premier rassemblement hommage se tiendra jeudi à 18h Rue des Feuillants tandis qu’une manifestation aura lieu samedi après-midi au départ du Vieux-Port.

lundi 29 novembre 2021

[Crédits photo : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP]

Le 2 décembre 2018, Zineb Redouane décédait à Marseille des suites d’un tir de grenade lacrymogène reçu en plein visage. Alors que l’affaire était classée sans suite il y a un mois par la Direction générale de la police nationale, un appel national a été lancé par les proches de Zineb pour un week-end de trois jours où s’enchaineront plusieurs actions et ateliers contre l’impunité et la répression policière. A commencer par ce jeudi 2 décembre où un premier rassemblement hommage aura lieu à 18h rue des Feuillants où était domiciliée l’octogénaire. Ce week-end d’échange, d’actions et de commémoration se terminera par une manifestation le samedi 4 décembre à 16h au départ du Vieux-Port à 16h.

Voilà donc trois ans que Zineb Redouane, 80 ans, décédait le 2 décembre 2018 des suites d’un tir de grenade lacrymogène reçu en plein visage lors d’une manifestation des Gilets Jaunes la veille, alors que celle-ci se trouvait à la fenêtre de son appartement du quartier populaire de Noailles. Un quartier tristement célèbre pour les effondrements de deux immeubles de la rue d’Aubagne quelques semaines plus tôt, symptôme du mal logement dans ce quartier pauvre et immigré.

Cependant, les deux CRS à l’origine du tir responsable de la mort de Zineb Redouane ne seront pas sanctionnés, le Directeur général de la police nationale Frédéric Veaux ayant décidé de classer l’affaire sans suite fin octobre, alors même que l’IGPN – pourtant connue pour blanchir les auteurs de violences policières – préconisait un conseil de discipline. Une décision qui montre une fois de plus l’impunité totale dont jouissent les auteurs des violences policières, chargés de réprimer systématiquement les mobilisations sociales et les populations pauvres et bien souvent racisées des quartiers populaires.

Une affaire qui rappelle encore celle, récemment, du jeune Souheil El Khalfaoui, 19 ans, tué d’une balle en plein thorax lors d’un contrôle routier le 4 août dernier.

Alors que Marseille est depuis plusieurs mois sous les projecteurs, Emmanuel Macron ayant décidé de faire de la ville un exemple de sa politique répressive de « reconquête républicaine des quartiers », soyons nombreux à nous mobiliser contre les violences policières systémiques dont sont victimes habitants des quartiers et manifestants ! 

Avec Révolution Permanente et Anasse Kazib, candidat révolutionnaire aux élections présidentielles, nous serons également présent lors de ce week-end, notamment lors de la journée du 4 qui commencera à 11h autour d’un repas collectif ainsi que d’un débat autour des violences policières en présence des collectifs des familles (sous réserve) dont Rachida Brahim, docteure en sociologie et autrice de "La race tue deux fois". Nous prendrons ensuite la rue dans la manifestation en mémoire à Zineb dès 16h sur le Vieux Port de la Cité Phocéenne.

Retrouvons-nous nombreux pour échanger, débattre et rendre hommage à Zineb Redouane ce week-end à Marseille !



Mots-clés

Anasse Kazib   /    Zineb Redouane    /    Marseille   /    Racisme et violences d’Etat   /    Notre classe