^

Politique

Écologie

Selon l’ONU, 2021 est la 5ème année la plus chaude de l’histoire : le capitalisme détruit la planète !

Le dernier rapport de l’OMM indique que les 7 dernières années et notamment 2021 sont les plus chaudes jamais enregistrées. Une nouvelle sonnette d’alarme pour en finir avec le système de production capitaliste, principale cause du changement climatique.

mercredi 19 janvier

Crédits photo : VALERY HACHE / AFP

Mercredi 19 janvier l’Organisation météorologique mondiale (organisme de l’ONU) a sorti un bilan climatique établissant les 7 dernières années passées comme étant les plus chaudes enregistrées de l’histoire. En tête, l’année 2016 suivie de 2019 et 2020 avec en cinquième position 2021. En effet, même si elle n’est pas l’année la plus chaude recensée au niveau mondial, 2021 a connu les mois de juin, juillet et août les plus chauds de l’histoire et est tout de même l’année la plus chaude recensée pour près de 25 pays selon Le Monde.

Cette étude n’est qu’une preuve de plus de l’accélération de la crise climatique. Cet été, d’immenses incendies dévastaient des superficies importantes en Grèce, en Amazonie, en Californie ou encore en Sibérie pendant qu’en Europe, des inondations et des crues importantes touchaient l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas.

Le bilan de l’OMM fait bien sûr écho dans notre tête au dernier rapport du GIEC, qui avait une nouvelle fois révélé l’étendue de la catastrophe climatique en cours.

Ces différents rapports, bilans et articles de scientifiques climatologues sont des nouvelles sonnettes d’alarme qui nous montrent la nécessité de survie même de changer système de production et de renverser le capitalisme. En effet, si l’on considère seulement les émissions de gaz à effet de serre, près de 24 % d’entre elles sont issues de l’industrie agricole, 21 % de l’industrie lourde et manufacturière et 35 % des centrales électriques et à combustions fossiles, soit un total de 80 % seulement pour ces secteurs-ci.

Face à un système économique qui ravage notre planète et exploite ses ressources et à un gouvernement et une classe politique qui prônent un capitalisme vert comme unique solution, nous devons revendiquer l’expropriation des grands groupes industriels au profit des travailleurs et la mise sous contrôle démocratique des moyens de productions de ceux-ci et de la population pour en finir avec la destruction massive de notre planète et pour lui assurer un avenir.



Mots-clés

capitalisme   /    pollution   /    Ecologie   /    Politique