×

Nouvelle configuration à gauche

Primaire du PS. Hamon en tête : une aubaine pour Macron, moins pour Mélenchon ?

La victoire de Hamon lors du 1er tour de la primaire du PS est en passe, si elle se confirme dimanche prochain, de battre une nouvelle fois les cartes au sein de la « gauche ». En définitive, le véritable vainqueur du premier tour de la primaire à gauche est sans conteste Macron, qui capitalise sur les ruines du PS. Pour Mélenchon, en revanche, bien que les sondages le placent toujours devant Hamon, le fait que ce dernier soit arrivé en tête du scrutin de dimanche l’oblige à se repositionner. Léonie Piscator

Facebook Twitter

Les résultats du premier tour de la primaire à gauche ouvrent une nouvelle configuration à gauche et au centre de l’échiquier politique. Le scrutin, ayant fait sortir Benoît Hamon comme favori, rabat les cartes. En effet, alors que le candidat de la France Insoumise se serait bien accommodé d’un adversaire comme Manuel Valls pour lui faire manger la poussière, c’est aussi une partie de l’électorat qui n’aurait pas supporté de voter pour Valls, qui se serait potentiellement rabattu sur la candidature Mélenchon.

À ce titre, Emmanuel Macron est le véritable vainqueur de ce premier tour, capitalisant sur la crise du PS ainsi que de la rupture du peuple de gauche sur la droite. Concrètement, les chiffres de la participation à ce premier tour se rapprochent de la tranche la plus basse, ce qui a poussé les organisateurs à manipuler, de façon scandaleuse, les chiffres de participation. Un signe de plus que cette opération « primaire » pour relégitimer un candidat n’est en rien démocratique. Christophe Borgel, organisateur du scrutin, a même, si on lit entre les lignes, avoué avoir manipulé les résultats pour gonfler le chiffre annoncé de votants. Ces révélations, qui ont fait couler beaucoup d’encre en ce lundi, consacrent le naufrage du PS et renforcent le leader d’En Marche. De plus, si Hamon sortait vainqueur du deuxième tour de la primaire, il laisserait le champ libre à Macron sur sa droite, ce dernier tentant notamment de séduire l’électorat de la droite du PS, et notamment celui de Valls. Et c’est bien ce scénario qui semble se dessiner pour le moment.

Concernant la campagne de Mélenchon, après une dynamique favorable avec une popularité en hausse, de nombreux meeting très suivis, ainsi qu’une quatrième place dans les sondages, la victoire de Hamon au second tour pourrait gêner le candidat de la France Insoumise. Avec la ligne la plus à « gauche » de la primaire très à droite du PS, Hamon se voit de plus en plus apparaitre comme concurrent direct du candidat de la France Insoumise, et voilà Mélenchon obligé de revoir sa stratégie de campagne. Sa verve s’était jusqu’alors concentrée sur Manuel Valls, mais aujourd’hui c’est Hamon qui se retrouve dans sa ligne de mire. Mélenchon et son entourage aiment notamment à rappeler que Hamon est totalement comptable du bilan du quinquennat. En effet, ancien ministre de l’Économie sociale et solidaire puis de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Hamon tente de faire oublier au travers de sa campagne sa responsabilité dans le désastre que furent les cinq ans de présidence Hollande.

« C’est un vote pour éliminer Valls. La préoccupation de Hamon, c’est le poste de premier secrétaire du PS pour la séquence d’après », a ainsi déclaré Danielle Simonnet, coordinatrice du Parti de gauche. Manuel Bompart, directeur de campagne de Mélenchon, a quant à lui décrété : « Que ce soit Valls ou Hamon, les deux vont se hollandiser. Ils sont comptables d’un bilan qui a désintéressé les Français. »

En bref, depuis les résultats de ce premier tour, Mélenchon, toujours devant Hamon dans les sondages, se veut être l’unique voix de la gauche, la seule en capacité de faire face à Macron, Fillon et Le Pen. Il se positionne en candidat responsable, misant sur l’interruption de la mascarade de la primaire – qui a comme but premier de sauver ce parti, pilier historique du bipartisme français, ce qui semble de plus en plus irréalisable – par un désistement du candidat PS, afin de lui laisser, à lui, « candidat responsable », le champ libre pour rassembler la gauche. À propos de l’éventualité que le vainqueur de la primaire se désiste – notamment Valls au profit de Macron – Mélenchon se frotte les mains : « Est-ce si malheureux que ça ? À quoi bon un candidat socialiste ? Pour quoi faire ? ». Gageons que lesdits candidats, Hamon et Valls, ne verront pas d’un bon œil cette énième passe d’arme, dans leur tentative désespérée de sauver le PS de l’explosion.

_


Facebook Twitter
Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Anasse Kazib convoqué par la police : « une procédure politique contre des dizaines de soutiens de Gaza »

Un an de prison avec sursis pour avoir soutenu la Palestine : exigeons la relaxe pour Jean-Paul Delescaut !

Un an de prison avec sursis pour avoir soutenu la Palestine : exigeons la relaxe pour Jean-Paul Delescaut !

Rima Hassan convoquée par la police : un nouveau cap dans la criminalisation des soutiens à la Palestine

Rima Hassan convoquée par la police : un nouveau cap dans la criminalisation des soutiens à la Palestine

Salariés réservistes de l'armée : Lecornu appelle au « patriotisme du capitalisme français »

Salariés réservistes de l’armée : Lecornu appelle au « patriotisme du capitalisme français »

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

« Plan de stabilité » du gouvernement : la Cour des comptes et le FMI font pression

Contre le délit d'opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Contre le délit d’opinion, pour défendre notre droit à soutenir la Palestine : il faut faire front !

Compte épargne temps : les directions syndicales s'entendent avec l'U2P pour aménager la misère

Compte épargne temps : les directions syndicales s’entendent avec l’U2P pour aménager la misère

« C'est le moment de faire front face à la répression » - Anasse Kazib et Elsa Marcel au Media

« C’est le moment de faire front face à la répression » - Anasse Kazib et Elsa Marcel au Media