^

Politique

Acharnement judiciaire

« Poursuivie parce qu’elle a osé se relever » : vive émotion en soutien à Assa Traoré au TGI de Paris

Plus de 200 personnes réunies devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour soutenir Assa Traoré, accusée de diffamation par les gendarmes mis en cause dans la mort de son frère Adama.

vendredi 7 mai

Ce vendredi se tenait le deuxième jour du procès d’Assa Traoré au Tribunal de Grande Instance, attaquée pour diffamation par les gendarmes mis en cause dans la mort de son frère Adama Traoré. À l’occasion, au moins 200 personnes étaient présentes à l’appel du comité Justice et Vérité pour Adama pour soutenir Assa face à l’acharnement judiciaire.

Un dispositif policier impressionnant à été déployé tout autour du tribunal où se déroule le procès emblématique de l’impunité policière.

De nombreuses organisations de défense d’autres victimes de violences policières, à l’image des comités Justice pour Olivio, Justice et Vérité pour Gaye Camara, étaient également présentes pour témoigner leur soutien et dénoncer le rôle de la justice qui poursuit des militants antiracistes mais protège des policiers accusés d’homicide.

Des personnalités politique comme la journaliste et militante antiraciste Rokhaya Diallo, le deputé LFI Eric Coquerelle, mais aussi Olivier Besancenot du NPA étaient venu apporter leur soutien à Assa Traore.

Des prises de paroles se sont alors tenues devant le TGI. Assa est intervenu entre les deux plaidoiries sur le caractère honteux des accusations qui lui sont portées :

Pour Youcef Brakni, si Assa Traoré est poursuivie en justice aujourd’hui, après 5 ans de lutte pour la vérité sur la mort de son frère, « c’est parce qu’elle a osé se mettre debout, exiger la justice et refuser le sort qui lui était réservé ».

Les femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles, en grève depuis bientôt deux ans pour leurs conditions de travail, sont venues témoigner de la justesse du combat menée par Assa Traoré. Pour elles, « Assa ne devrait pas être sur le banc des accusés, elle n’a rien fait et son combat est juste ! En tant que mères on sait que ce que les policiers ont fait à son frère, ils pourraient le faire à nos fils ».

Pour Youcef Brakni, si Assa Traoré est poursuivie en justice aujourd’hui, après 5 ans de lutte pour la vérité sur la mort de son frère, « c’est parce qu’elle a osé se mettre debout, exiger la justice et refuser le sort qui lui était réservé ».

En effet, elle est attaquée pour avoir nommé les policiers entre les mains desquels sont petit frère est mort. Et ce procès pour diffamation mené à l’encontre d’Assa, est donc un procès contre l’ensemble des militants anti-racistes qui relèvent la tête face aux violences policières et les dénonce publiquement. Il révèle la justice de classe qui se range systématiquement du côté de l’impunité policière.

Contre l’acharnement judiciaire que subit la famille Traoré et contre l’impunité policière, il est central de soutenir fermement Assa Traoré, de réclamer l’abandon de toutes les charges contre elle et sa famille, et de continuer à exiger Justice et Vérité Pour Adama !




Mots-clés

Racisme d’État   /    Anti-racisme   /    Police   /    impunité policière   /    Adama Traoré   /    Racisme   /    Violences policières   /    Politique