^

Jeunesse

Université Paris Cité

« On a les doigts gelés, certains portent des gants à la BU » : Lucia, étudiante à Paris témoigne

Sur le campus de psycho de l’Université Paris Cité, à Boulogne, on se gèle. Dès le mois de septembre, les étudiants et les profs sortent les écharpes et les gants, en cours et à la BU.

lundi 3 octobre

Photo : fac de Rouen, hiver 2016

En cette rentrée, après avoir passé l’épreuve de la sélection, un nouveau problème s’offre à nous : le froid. Sur le campus de Boulogne à l’Université Paris Cité, on étudie dans un congélateur.

Les cours ont débuté il y a quelques semaines à peine mais dès le mois de septembre on a commencé à se geler dans les salles et à la BU. Je dois garder mon manteau pour étudier et j’ai les doigts gelés à longueur de journée.

Et je ne suis pas la seule, tout le monde garde sa veste, certains étudiants viennent avec des couvertures ou des écharpes épaisses. Une étudiante à la BU porte même des gants… Les vigiles à la bibliothèque sont tout aussi emmitouflés et les profs font cours couverts. Une de mes enseignantes a répété trois fois pendant le cours qu’ «  elle grelotait  » ! Et les consignes sont claires : pas de chauffage avant la fin octobre.

Aller en cours devient une épreuve de résistance au froid : c’est un véritable scandale qui est symptomatique de la dégradation continue de nos conditions d’études. Et alors qu’on a déjà ramené les gants à l’université, le gouvernement a sorti une circulaire qui annonce que les universités ne devront pas augmenter le chauffage au-delà de 19°C cet hiver, au nom de la crise énergétique.

Une annonce d’autant plus insupportable quand on se gèle déjà et qu’on voit Total profiter de la crise et empocher littéralement des milliards d’euros de bénéfices pendant qu’il faudrait qu’on ait cours dans des conditions dégradées.



Mots-clés

Université de Paris   /    Université   /    Jeunesse