^

Politique

Parrainages

Maire « harcelée » ? Une fake news revélatrice des pressions sur les élus qui parrainent

Depuis hier l'extrême droite instrumentalise le témoignage d'une maire qui dit avoir été « harcelée » par les équipes de Anasse Kazib. Nous réfutons ces accusations, qui témoignent surtout des conséquences des pressions sur les élus, et tenons à rétablir la vérité.

jeudi 17 février

Crédits photo : Google Street View

Communiqué de l’équipe de campagne d’Anasse Kazib du 17 février 2022

Depuis hier l’extrême droite instrumentalise le témoignage d’une maire qui dit avoir été « harcelée » par les équipes de Anasse Kazib. Nous réfutons ces accusations, qui témoignent surtout des conséquences des pressions sur les élus.

Et pour cause, contrairement à ce qu’avance la maire, nos équipes ne l’ont rencontrée qu’à deux reprises. Elle a été accueillante et sympathique et, lors du deuxième passage, le 29 septembre, a signé une promesse de parrainage au bout de quelques minutes. Fait rare, elle nous a ensuite relancé d’elle-même par SMS le 17 janvier, pour se préparer à envoyer le formulaire officiel, suite à quoi un rendez-vous a été conclu en mairie, pour remplir le document et l’expédier à nos frais.

Le discours que l’on retrouve dans Actu 78, repris par Valeurs Actuelles et Fdesouche, semble destiné à se dédouaner a posteriori de son parrainage, validé depuis officiellement par le Conseil Constitutionnel. Il est totalement faux, et contredit par des dizaines de témoignages de maires nous ayant parrainé dans la presse locale de la France entière, mais surtout par le contenu très cordial des échanges entre notre équipe et Mme LeGoff, que nous nous voyons obligés de révéler (Cf. pièces jointes).

Par expérience, nous ne pouvons comprendre ce revirement autrement que comme une réaction tardive à des pressions ou à la crainte de subir des représailles suite à son parrainage, les mêmes raisons qui poussent de nombreux maires à ne pas parrainer. Nous regrettons que le système anti-démocratique des parrainages pousse des élus inquiets à de telles extrémités, et dénonçons la récupération par l’extrême-droite de ce revirement isolé.

Nous demandons à la presse de rétablir la vérité à ce sujet, de façon à ne pas ériger un obstacle supplémentaire dans la déjà très difficile course aux 500 parrainages pour Anasse Kazib.



Mots-clés

Extrême-gauche   /    #Anasse2022   /    Présidentielles 2022   /    Anasse Kazib   /    Révolution Permanente   /    Politique