^

Politique

Abandon de toutes les poursuites !

Libre Flot enfin libéré après une détention en isolement et 37 jours de grève de la faim

Les avocats de Libre Flot Coline Bouillon et Raphaël Kempf viennent d’annoncer la libération pour raison médicale du militant Libre Flot. Celui-ci avait été mis en examen en décembre 2020 pour association de malfaiteurs terroristes et était incarcéré en préventive. Sa grève de la faim aura duré 37 jours. Exigeons l'abandon de toutes les poursuites contre lui et ses camarades !

jeudi 7 avril

Depuis quatorze mois, Libre Flot, militant libertaire, était maintenu en détention provisoire à l’isolement total. Libre flot est le dernier détenu des sept inculpés du 8 décembre 2020. Ces derniers sont mis en cause dans une instruction pour un procès anti-terroriste, car ils ont combattu Daesh aux côtés du YPG. Ils sont mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes.

Contestant la légalité de sa détention et face au rejet systématique des demandes de remise en liberté, Libre Flot était entré en grève de la faim le 27 février dernier avec pour seule revendication une mise en liberté sous contrôle judiciaire, notamment pour préparer sa défense.

Déjà très affaibli par la dureté de l’isolement qu’il décrit dans plusieurs lettres, il avait dû être hospitalisé le vendredi 25 mars dernier après avoir perdu plus de quinze kilos. C’est alors qu’il avait obtenu la levée de son isolement. Les avocats et les proches de Libre Flot ont dénoncé une détention provisoire et une mise en isolement injustifiée qui s’est pourtant prolongée pendant 15 mois.

Détenu à la prison de Bois-D’Arcy dans les Yvelines, son isolement avait été levé le 24 mars dernier pour être transféré à l’hôpital pénitencier de Fresnes comme l’indique le média Basta. Ses avocats avaient alors indiqué leur préoccupation quant à sa situation lors d’une conférence de presse le 1er avril dernier « Nous sommes de jeunes avocats, c’est la première fois que nous sommes confrontés à une situation où la vie d’un homme est en jeu, nous souhaiterions qu’il interrompe sa grève de la faim, mais s’il a pris cette décision grave c’est qu’il n’y a aucune écoute de l’institution judiciaire qui ne lui donne aucune perspective quant à sa libération ».

La libération de Libre Flot sous bracelet électronique intervient après 37 jours de grève de la faim et la mise en danger de sa vie par les autorités pénitentiaires. Cette décision du juge d’instruction avait jusqu’à présent été empêchée par la qualification de « terrorisme » dans l’affaire en cours. La mise en liberté de Libre Flot a eu lieu dans l’hôpital de Villejuif en Val-de-Marne et restera accompagné d’un contrôle judiciaire strict en attendant son procès.

Une première avancée qui aura mis la vie d’un homme en risque après 14 mois en détention provisoire sous "la torture blanche" des autorités pénitencières. Une liberté fragile et pour laquelle il convient de continuer à se battre pour obtenir l’abandon de toutes les poursuites contre Libre Flot et l’ensemble de ces camarades, pour mettre fin au récit des services de renseignement qui cherchent à criminaliser l’internationalisme.



Mots-clés

Extrême-gauche   /    #JusticeDeClasse   /    Répression   /    Politique