^

Politique

Assez des miettes du gouvernement !

L’essence repasse au-dessus des 2€ le litre : gardez vos 18 centimes, Total doit payer !

Face à la hausse du carburant à des prix qui frôlent des records cette semaine, le gouvernement décide de rallonger la remise carburant de 18 centimes à la pompe jusqu’au 31 août au lieu du 31 juillet. Des miettes dérisoires dans un contexte d’inflation précarisant déjà une importante partie de la population.

jeudi 9 juin

Crédits photo : PASCAL GUYOT / AFP

Dans le courant de la semaine dernière, le prix du carburant au litre a connu une augmentation d’environ 13 centimes. Cela fait notamment passer le SP95 et le SP95 E10 au-dessus de la barre des 2 euros le litre. C’est après avoir connu une faible baisse de ces prix au mois de mai que cette augmentation vient rajouter un poids aux automobilistes qui voient de semaine en semaine les prix changer.

Si les prix ont beaucoup augmenté depuis ces derniers mois, c’est principalement dû au contexte international autour de l’invasion russe de l’Ukraine et cette semaine en raison des sanctions européennes avec un embargo sur le pétrole russe de la part de l’UE. Les cours du pétrole ont terminé le mois de mai dernier sur une progression de plus de 15%, et il est question d’un nouveau record : l’essence a rarement coûté aussi cher, le cours du baril s’établissant à 120$. Avec les spéculations autour du cours du baril et le renchérissement de l’approvisionnement depuis les décisions des États de l’UE de ne plus dépendre du pétrole russe, les coûts ne promettent pas de revenir à la baisse dans les prochaines semaines.

Face à cela, le gouvernement a proposé des miettes comme pseudo-solution. Jean Castex avait annoncé en mars dernier qu’une remise de 15 centimes par litre sur le carburant serait faite du 1er avril au 31 juillet. Cette remise à la pompe avait ensuite été augmentée à 18 centimes et prendra finalement fin le 31 août. Cette mesure ridicule est bien loin de venir en aide aux plus précaires qui subissent de plein fouet l’inflation contrairement aux sociétés pétrolières qui en profitent et ont réalisé d’importants profits sur la hausse des prix du carburant à l’instar du [groupe Total au troisième trimestre de 2021→https://www.revolutionpermanente.fr/4-6-milliards-de-benefices-Total-s-engraisse-sur-la-hausse-des-prix-du-carburant]. Aller faire le plein s’assimile de plus en plus à une véritable opération d’extorsion, pourtant nécessaire pour aller travailler pour des salaires qui n’augmentent pas, voire diminuent, grignotés par l’inflation !

Ce ne sont pas 18 centimes pendant quelques mois qui vont permettre aux automobilistes de ne pas subir l’augmentation des prix de l’essence. Les prix à la pompe doivent être bloqués et la TVA supprimée. Cette taxe inégalitaire s’établit à hauteur de 20 % sur les produits pétroliers et est l’impôt le plus inégalitaire qui soit, ne prenant pas en compte les revenus de chacun. Alors que les travailleuses et les travailleurs subissent l’inflation pendant que les grands groupes s’enrichissent, il faut bloquer le prix de l’essence en prenant dans les immenses mannes de profits des entreprises pétrolières, et pour cela les nationaliser sous le contrôle des travailleurs !

Pour parer au plus urgent, les salaires doivent être augmentés de 300 euros net et le SMIC revalorisé à 1 800 euros net. Les salaires doivent être indexés sur le coût de la vie ! De telles mesures ne seront pas données de bonne grâce par les capitalistes mais seulement lâchées devant la mobilisation massive des travailleurs, des classes populaires, en lutte pour leurs salaires et leurs conditions de vie ! Elles ne peuvent être arrachées que par en bas. Nous n’avons rien à attendre des miettes jetées par Macron ou Borne, ni de l’action d’un hypothétique gouvernement de gauche qui ne gouvernerait que dans le cadre imposé et toléré par les capitalistes, et dont le programme propose... une conférence sur les salaires avec le patronat ! Seule la lutte et le rapport de force les feront payer !



Mots-clés

Salaires   /    Inflation   /    Carburants   /    Total   /    Politique