^

International

International

Guerre à la guerre. Des milliers de personnes manifestent à Berlin contre la guerre en Ukraine

Ce dimanche, environ 60.000 personnes ont manifesté à Berlin contre l'invasion russe en Ukraine. Parmi eux, un cortège anti-impérialiste était présent pour porter des mots d'ordre dénonçant la guerre de Poutine, les sanctions contre la population russe et le réarmement des pays de l'OTAN.

lundi 14 mars

De l’Alexanderplatz (le centre-ville de Berlin) au Großer Stern (le célèbre rond-point avec la "colonne de la victoire"), près de 100 000 personnes ont manifesté contre la guerre en Ukraine. Plusieurs syndicats, des organisations religieuses ainsi que des dizaines d’ONG étaient les organisateurs de la manifestation.

Bien que le rejet de l’invasion russe de l’Ukraine ait été universel, il y a eu à nouveau - comme lors de la grande manifestation d’il y a quinze jours avec 500 000 personnes - de nombreuses voix en faveur des sanctions contre la Russie (que les travailleurs de ce pays ont déjà commencé à subir). Des voix qui se sont aussi positionnées en faveur de l’envoi des armes à l’Ukraine. Un discours présent tant dans les interventions que chez les manifestants. Cela conduit malheureusement à soutenir le réarmement militariste de l’OTAN et en particulier de l’Allemagne.

Dans son discours, le leader de la Fédération syndicale allemande (DGB), Reiner Hoffmann, a réussi l’exploit de s’exprimer à la fois pour et contre le désarmement. Bien qu’il soit généralement favorable au désarmement international, il justifie les plans de réarmement actuels par l’évolution de la situation internationale. Cependant, il a gardé un silence absolu sur les livraisons d’armes du gouvernement allemand. Hoffmann a explicitement soutenu la politique de sanctions contre la Russie.

D’autre part, le fait que les sanctions, les livraisons d’armes et le réarmement impérialiste ne peuvent être une solution pour les peuples a été au cœur des revendications d’une centaine de personnes qui ont participé à la manifestation en se réunissant au sein d’un cortège de classe et internationaliste en scandant le slogan : "Contre le réarmement ! Non à la guerre ! Ni Poutine ni l’OTAN". Parmi eux se trouvaient des syndicalistes de ver.di, IG Metall, EVG, ainsi que de nombreuses organisations socialistes comme l’organisation révolutionnaire internationaliste Klasse Gegen Klasse (classe contre classe), le groupe Arbeiter:innenmacht (pouvoir des travailleurs), la Linksjugend Solid Berlin (jeunesse de gauche), Revolution, la Sozialistische Alternative (alternative socialiste), la Rot Feministische Jugend (jeunesse féministe rouge). L’Association des syndicats militants s’est également mobilisée contre le réarmement et les sanctions.

Le membre du syndicat des cheminots allemands (EVG) a insisté sur la puissance de feu que possèdent les cheminots : "La Deutsche Bahn - la principale compagnie ferroviaire allemande - transporte également des armes, tout comme les cheminots russes transportent des chars russes". Il revendique le droit de contrôler les wagons et de refuser le transport d’armements.

Klasse Gegen klasse : "Ni Poutine ni OTAN"

Dans le cortège de Klasse Gegen Klasse (l’organisation sœur de Révolution Permanente en Allemagne), Stefan Schneider a plaidé pour une solution indépendante pour les travailleurs d’Ukraine. "Ni Poutine ni les pays de l’OTAN n’offrent au peuple russe une perspective d’indépendance. Alors que la guerre de Poutine touche principalement les civils et a déjà contraint plus d’un million de personnes à fuir, c’est le Fonds monétaire international (FMI) qui, en revanche, exige depuis des années davantage de privatisations dans le système bancaire ukrainien en échange du remboursement des prêts. Dans le même temps, l’OTAN utilise la guerre pour continuer à s’armer autant que nécessaire. Et donc, notre gouvernement fédéral, qui veut dépenser 100 milliards d’euros supplémentaires pour armer la Bundeswehr (armée allemande). En bref, pour faire valoir les intérêts de l’impérialisme allemand à travers un axe davantage militaire à l’avenir".

Intervention de @Stefanbommer dans le cortège de réseau syndical militant.

- Les troupes russes hors d’Ukraine !

- Arrêtez les préparatifs de guerre de l’OTAN !

- Pas besoin d’armer la Bundeswehr ! Des milliards pour les soins, l’éducation et le climat au lieu des guerres.

- Non aux livraisons d’armes et aux sanctions de l’UE et des USA !

- Pour l’accueil de TOUS les réfugiés sans distinction de nationalité !

- Solidarité avec les protestations en Russie contre la guerre !

Nous sommes d’avis qu’il ne faut rien céder au militarisme allemand : Il ne suffit pas, comme le fait le DGB, de "critiquer" le réarmement : il faut le rejeter avec toutes nos forces ! Non au budget spécial de 100 milliards d’euros, non à l’augmentation des dépenses militaires pour atteindre l’objectif de l’OTAN de 2%. Rien de bon ne peut arriver pour le peuple ukrainien et les peuples du monde si l’impérialisme allemand se renforce.

Les 100 milliards sont encore plus scandaleux si l’on considère le montant ridicule que la nouvelle coalition politique a laissé pour la protection sociale et les services sociaux. Et ce, malgré deux années de pandémie et la surcharge de travail de nombreux travailleurs.

Face à cela, nous devons commencer dès maintenant à créer et à organiser des comités dans nos écoles, universités et lieux de travail afin de construire un puissant mouvement anti-impérialiste contre la guerre.



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Impérialisme   /    Manifestation   /    Allemagne   /    Ukraine   /    International