^

International

Génération U

États-Unis. Des salariés entrent dans l’histoire en formant le premier syndicat d’Apple Store

Ce samedi 18 juin, les salariés d’un Apple Store de l'Etat du Maryland aux États-Unis ont voté en majorité pour l’instauration du tout premier syndicat de l’entreprise. Une décision historique au cœur d’une des plus grosses entreprises du pays.

lundi 20 juin

Le week-end dernier, les salariés de l’Apple Store de Towson, ville de l’Etat du Maryland, ont voté pour la constitution d’un syndicat dans l’entreprise. Résultats du vote, 65 salariés ont voté pour et 33 contre. Ce vote devrait permettre aux salariés de cette Apple de rejoindre le syndicat IAM (International Association of Machinists and Aerospace Workers) une fois que le résultat du vote sera certifié.

Cette victoire a eu lieu malgré les offensives répétées de Apple pour casser toutes tentatives de syndicalisation et ce sur plusieurs magasins du pays. La multinationale a engagé des avocats spécialisés dans la lutte contre la syndicalisation et a organisé des réunions de salariés où ils devaient écouter des messages dissuasifs, une manière de faire déjà observée à Starbucks ou à Amazon.

Par exemple, Deirdre O’Brien, vice-présidente du retail et des ressources humaines, s’était rendue dans le magasin pour s’adresser aux salariés. « C’est votre droit de rejoindre un syndicat, mais c’est aussi votre droit de ne pas rejoindre un syndicat » a-t-elle expliqué d’après un extrait audio diffusé par le site Vice, « Et si vous devez prendre une décision, je vous encourage à consulter largement autour de vous pour que vous puissiez comprendre ce que cela signifie de travailler chez Apple dans le cadre d’une convention collective » a-t-elle rajouté.

Pour nous soutenir, c’est par ici !

A Atlanta, dans l’Etat de Géorgie, les salariés n’ont pas pu maintenir la session de vote pour créer un syndicat dans l’entreprise en raison des méthodes d’intimidations utilisées de manière répétée.

La mobilisation dans ces Apple Store fait partie d’un mouvement de syndicalisation qui se déroule actuellement aux Etats-Unis. Chez Apple, comme chez Starbucks ou Amazon, ce sont des milliers de travailleurs qui cherchent à s’organiser collectivement pour faire à l’exploitation rapace de ces entreprises. Rien que pour l’entreprise de Tim Cook, plus de 25 milliards de profit ont été récolté sans qu’un sous ne soit reversé à ses travailleurs.

Pour l’instant, la direction d’Apple n’a pas commenté la victoire des travailleurs de Towson. Comme dans les autres entreprises citées, cette victoire risque d’enfanter partout dans le pays la volonté de reproduire l’expérience et ainsi de voir émerger des syndicats dans chaque magasin de la marque à la pomme. Toutefois, on peut aussi s’attendre à une réaction épidermique de la part des patrons et actionnaires avec la multiplication d’actes de répression salariale, à l’image de Howard Schulz, PDG de Starbucks, qui refuse la syndicalisation de ses travailleurs ou encore d’Amazon qui cherche à renverser la victoire des travailleurs de Staten Island
 
Cette génération U (pour Union) montre que face à l’exploitation patronale, qui a pris des dimensions astronomiques pendant la crise, il est possible de relever la tête et se battre contre les profits monstres engrangés par une minorité de la population. Dans une période où la crise climatique, les pandémies et l’augmentation faramineuse du coût de la vie impacte la vie de milliards de gens, la victoire des travailleurs du Apple Store de Towson sert d’exemple à répliquer autant de fois que possible.



Mots-clés

Lutte des classes   /    Etats-Unis   /    Syndicat   /    International