^

Du Pain et des Roses

« Grève, grève, pour le droit à l'avortement »

Etats-Unis. 20 000 manifestant·e·s mobilisé·e·s pour le droit à l’avortement à New York

A l’appel d’organisations de défense du droit à l’avortement, d’organisations révolutionnaires, de syndicats et d’associations pour le droit au logement, une manifestation a réuni des dizaines de milliers de personnes dans les rues de New-York ce vendredi contre la révocation du droit à l’avortement.

samedi 25 juin

Crédits photo : Luigi Morris

Ce vendredi, après que neuf juges de la Cour suprême – un ramassis de misogynes, de fanatiques religieux, de racistes d’extrême droite et de défenseurs acharnés du capital - aient décidé d’attaquer le droit à l’avortement, des dizaines de milliers de personnes ont submergé les rues de New York pour exprimer leur colère.

Plus de 20 000 personnes se sont rassemblées au Washington Square Park et ont défilé jusqu’à Times Square et Bryant Park, en passant devant les locaux des responsables du Parti Démocrate, ceux des Républicains et la cathédrale Saint-Patrick, et en scandant « ni l’Église, ni l’État, le peuple doit décider de notre sort ». Les manifestants ont interrompu la circulation des deux côtés de la rue en ce vendredi soir très fréquenté à Manhattan. Des livreurs ont klaxonné en soutien et les gens se sont penchés hors de leurs voitures pour lever le poing en signe de solidarité.

La marche, qui a emprunté les rues sans la « permission » de la police de New York et de la ville, a été organisée par des militants issus du mouvement Black Lives Matter et d’autres luttes. « Nous assurons notre propre sécurité ! » a scandé la foule, sachant que la police ne le fait pas. La marche était parsemée de vert, une référence à la marea verde qui a permis de gagner le droit à l’avortement en Argentine et de le dépénaliser en Colombie, au Mexique et dans toute l’Amérique latine. Au moins une douzaine de manifestants ont été arrêtés par la police de New York à la fin de la marche à Bryant Park, après avoir organisé un sit-in à l’un des carrefours les plus fréquentés de New York.

La manifestation était organisée par Left Voice et d’autres organisations dans le cadre d’une coalition de groupes révolutionnaires, de militants et de syndicats - dont plusieurs des nouveaux syndicats Starbucks qui secouent le mouvement ouvrier dans tout le pays. La forte participation des organisations de travailleurs à cette marche était un signal clair que nous avons un rôle essentiel à jouer dans tout mouvement pour le droit à l’avortement ; que la lutte pour la justice reproductive et contre toutes les attaques de l’État nécessite une réponse organisée des travailleurs – qui peuvent bloquer l’économie. Après que la décision de la Cour Suprême ait fuité, cette coalition a décidé que, quel que soit le jour où la décision tomberait, nous descendrions dans la rue pour défier l’interdiction de l’avortement qui entre en vigueur dans de nombreux États du pays et pour défendre le droit universel à l’avortement.

La coalition s’est organisée autour de deux principes : la nécessité d’un avortement sûr, gratuit et légal sur demande, et la nécessité de construire un mouvement de masse indépendant dans les rues et sur nos lieux de travail pour lutter pour ce droit - un mouvement qui n’a aucune confiance dans les promesses du Parti Démocrate ou tout autre parti du régime pour protéger le droit à l’avortement. Contrairement à tant d’autres manifestations pour le droit à l’avortement, aucun politicien du parti démocrate n’a pris la parole et personne n’a désigné les élections comme la solution.
La manifestation a commencé par un rassemblement au Washington Square Park, où des groupes révolutionnaires, des militants et des syndicalistes de base ont pris la parole devant une foule compacte.

Les discours s’adressaient à toutes celles et ceux qui ne veulent pas attendre novembre et les élections de mi-mandat comme les démocrates l’appellent de leurs vœux. Toutes ces personnes qui savent que ce combat et l’avenir de centaines de millions de personnes à travers les États-Unis sont entre nos mains. Comment construire le mouvement dont nous avons besoin pour enfin gagner le droit à l’avortement libre, sûr et légal sur demande ? Jimena Vergara, travailleuse d’United Parcel Service (une entreprise de livraison de colis) et membre de Left Voice, média et organisation sœur de Révolution Permanente, a parlé de la nécessité de s’organiser sur nos lieux de travail et dans nos communautés et d’unir les luttes d’une nouvelle génération de militants syndicaux et de tous ceux qui luttent contre l’exploitation et l’oppression :

« Les démocrates ne sont pas nos amis dans ce combat. Nos amis sont les travailleurs de Starbucks, d’Apple, d’Amazon, de Chipotle, de Traders Joe’s, qui se battent contre Jeff Bezos et d’autres milliardaires pour se syndiquer. Ce sont les communautés noires, latinos, palestiniennes et immigrantes de tout New York et du pays qui s’organisent dans leurs quartiers pour des logements abordables, contre la brutalité policière, et bien d’autres choses encore. Nous voulons un mouvement de masse, indépendant du parti démocrate, composé de syndicats, de travailleurs, d’organisations communautaires, d’étudiants, de féministes et de tous ceux qui ressentent un sentiment de rage face à cette attaque contre le droit à disposer de nos corps. Imaginez si nous pouvions faire grève pour les droits reproductifs ? Ne serait-ce pas magnifique ? Ne devrions-nous pas concrétiser le slogan que nous chantons toujours : si nous ne l’obtenons pas, on ferme tout ! »

Lorsque la marche s’est terminée à Bryant Park, des syndicalistes et des militants de la base sont revenus sur cette question, en prononçant des discours sur la suite des événements et sur la manière dont nous pouvons exploiter la puissance clairement démontrée lors de cette marche pour poursuivre la lutte. Plus de mille personnes assises dans le parc ont scandé : « Grève, grève, pour le droit à l’avortement ». Cet appel de ralliement doit être repris dans toute la ville de New York et aux États-Unis par toutes les organisations de travailleurs - des plus grands syndicats aux nouveaux syndicats combatifs qui apparaissent chaque jour - et par tous les groupes militants et organisations communautaires pour en faire une réalité. Avec ce pouvoir, nous pouvons construire un mouvement qui peut inscrire dans la loi le droit à l’avortement libre, légal et sûr, sur demande.

Le fait que la décision de la Cour Suprême renversant Roe v. Wade ait été rendue malgré le soutien écrasant en faveur de l’accès à l’avortement dans tout le pays nous a montré que nous ne pouvons pas attendre que les démocrates ou les grandes organisations à but non lucratif nous sauvent des attaques de la droite et de l’extrême droite. Les dizaines de milliers de personnes qui ont défilé vendredi à New York montrent que nous n’en avons pas besoin. Nous pouvons nous battre pour le droit à l’avortement, la justice reproductive et bien plus encore. Il est maintenant temps de construire ce combat.



Mots-clés

Mouvement féministe   /    Avortement   /    Etats-Unis   /    Du Pain et des Roses