^

Notre classe

Nos vies pas leurs profits !

« En 37 ans, c’est la première fois que je vois ça » : grève nationale pour les salaires à Lafarge

Les salariés du groupe Lafarge béton sont en grève depuis maintenant 4 jours. Un mouvement national pour revendiquer des hausses de salaires alors que les hausses de prix continuent et que les profits des entreprises augmentent.

mercredi 23 février

Crédit photo : Afp

Mardi 22 février, à l’appel de FO et de la CGT, un mouvement de grève national a vu le jour chez Lafarge en réponse à une réunion qui n’a pas permis de satisfaire les revendications salariales des employés, alors que les négociations annuelles (NAO) se terminaient.

Les NAO, qui avaient acté d’une augmentation de 3% des salaires annuellement, ne satisfont pas pour autant des salariés qui ont vu la charge de travail augmenter et sans voir leurs salaires augmenter pour autant.

« Cette grève, c’est une première dans la filière béton de Lafarge, et elle est très suivie dans la région. Par rapport aux autres filières (granulat, ciment), nous avons le sentiment d’être les parents pauvres », explique Christophe, interrogé par La Depêche devant l’entreprise de Toulouse, ce mercredi. « Nous n’avons pas le même traitement que les autres filières. La manière de nous diriger s’est dégradée ces dernières années, on doit faire du chiffre et se taire. Le travail augmente, mais pas la reconnaissance. »

Le mouvement très suivi est pas loin d’être historique au sein de l’entreprise. « C’est historique » expliquent les salariés devant le site d’Yffiniac dans les Côtes d’Armor. « En trente-sept ans, c’est la première fois que je vois ça » explique même une salariée à Ouest France.

Le nerf de la mobilisation : le pouvoir d’achat. En effet, depuis quelques mois, les hausses de prix compriment fortement le pouvoir d’achat des travailleurs, alors que parallèlement les fortunes des milliardaires ont explosé. Un deux poids deux mesures qui ces dernières semaines a fait se multiplier les mouvements de grève portant la revendication d’une hausse des salaires pour tous, à l’image de la grève que mène les salariés de Lafarge.

« On nous propose 3 % de hausse, quand l’Insee anticipe 3,5 % pour 2022. Ce serait une perte de pouvoir d’achat et ce n’est pas acceptable », calcule un représentant du personnel interrogé par le Télégramme..

Car cette grève est loin d’être isolée : les mouvements pour la revalorisation des salaires se multiplient dans divers secteurs, le groupe LVMH a été secoué par une grève dans cinq maroquineries, dans l’aéronautique chez Satys Cornebarrieu des revendications semblables se font entendre avec la grève d’ISS, sous-traitant de PSA-Poissy, ou chez Lustucru. La grève des salariés du groupe Lafarge est un mouvement de plus dans la séquence actuelle où les travailleurs et les travailleuses sont de plus en plus nombreux à se mettre pour revendiquer des salaires à la hauteur d’une vie digne.



Mots-clés

mouvement ouvrier   /    Grève   /    CGT   /    Patrons-voyous   /    Notre classe