×

Tou.te.s ensemble

Chambéry. Dans la rue contre les suppressions de postes en collège-lycée

Ce lundi 12 novembre à Chambéry, plusieurs centaines d'enseignants et de personnels administratifs du primaire et du secondaire ont défilé contre les annonces de suppressions de poste dans l'Education Nationale, suite à l'appel commun des syndicats du secteur. Un cortège marqué par une présence lycéenne plus forte que d'habitude, qui ouvre des perspectives pour les mois à venir.

Facebook Twitter

Crédit photo : Le Dauphiné Libéré

En 2019, 2 650 postes seront supprimés dans les collèges et les lycées : c’est le tribut que l’Education Nationale doit payer au réformateur jupitérien Macron qui, pendant sa campagne présidentielle, annonçait qu’’il supprimerait 50 000 postes d’ici 2022 dans la fonction publique.

Pourtant, selon le ministère de l’Education nationale lui-même, les chiffres des naissances dans les années 2000 montrent que le nombre d’élèves va continuer d’augmenter dans le secondaire au moins jusqu’en 2022 : avec des postes en moins, les classes n’en seront donc que plus surchargées. L’annonce de Blanquer, ministre de l’Education Nationale, est ainsi à l’origine de l’appel conjoint des syndicats de l’enseignement ; une signature commune qui n’était pas arrivée depuis plusieurs années.

A Chambéry, plusieurs centaines de profs, personnels administratifs et lycéens ont battu le pavé ce lundi 12 novembre après-midi, mêlant leurs pancartes et leurs drapeaux syndicaux. De la place du Palais de Justice jusqu’aux fenêtres de l’inspection académique, les manifestants ont crié leur refus des suppressions de postes, mais aussi leur volonté d’une éducation émancipatrice.

Une bonne soixantaine de lycéens de Vaugelas, Monge et Louis Armand étaient présents, déterminés derrière leur banderole « lycées en danger ». A 13h, une assemblée générale avait eu lieu au lycée Vaugelas, pendant laquelle une cinquantaine de lycéens avaient pu se renseigner sur la réforme du bac et commencer à se mettre en lien pour la suite. Des éléments qui montrent que la colère et le refus de ces réformes réactionnaires sont bien présents, et ont besoin de débouchés dans les semaines à venir !

Retrouvez aussi cet article sur le site du NPA73.

La fin de la manifestation en images :


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

Tour Eiffel : cinquième jour de grève reconductible, la mairie de Paris cherche à calmer la colère

L'exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

L’exploitation paye : le PDG de Stellantis a gagné plus de 100 000 euros par jour en 2023

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l'agrobusiness !

Tous à Paris le 1er mars en soutien à Christian Porta, délégué CGT réprimé par un géant de l’agrobusiness !

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote