^

Monde

Guerre à la guerre

Biélorussie : des cheminots anti-guerres bloquent les approvisionnements de l’armée russe

En Biélorussie, des cheminots marquent leur opposition à la guerre et leur soutien aux ukrainiens en sabotant les chemins de fer. Un premier pas à suivre pour que la classe ouvrière mette fin à cette guerre meurtrière.

vendredi 25 mars

Crédit photo : Maxim Shemetov/Reuters

Libération explique que le 19 mars au moins, les liaisons ferroviaires entre l’Ukraine et la Biélorussie auraient été coupées. L’article précise : « Selon Bypol, une organisation qui regroupe d’anciens membres des forces de sécurité passés à l’opposition, le réseau s’attaque en priorité aux équipements de signalisation et d’automatisation des voies, faciles à endommager et coûteux à remplacer. » Les armoires de commandes seraient donc les principales cibles de ces actes de boycott contre la guerre.

Cette mobilisation fait écho au communiqué du Congrès biélorusse des syndicats démocratiques (BKDP) publié au début de la guerre qui assurait notamment : « Cependant, nous voulons vous assurer, chers Ukrainiens, que la grande majorité des Biélorusses, y compris les travailleurs, condamnent les actions imprudentes du régime biélorusse actuel qui tolère l’agression russe contre l’Ukraine. Nous exigeons une cessation immédiate des hostilités et le retrait des troupes russes d’Ukraine, ainsi que de Biélorussie. »

Des cheminots ont fait état auprès de Libération de la forte répression suite aux actions : « Huit personnes ont aussi été arrêtées et accusées d’appartenir au réseau de sabotage » tandis qu’une enquête est ouverte depuis des semaines pour "actes de terrorismes en bande organisée". Une répression qui n’est pas surprenante quand on sait qu’en 2020 et 2021, alors que le pays connaissait des mois de manifestations et une grève générale contre le régime autoritaire du président Alexandre Loukachenko, la répression avait été terrible. Il y avait notamment eu des milliers d’arrestations avec des allégations de mauvais traitements, de torture et plusieurs décès.

Les actions courageuses des cheminots biélorusses montrent que la résistance contre Loukachenko et Poutine se poursuit. Elles tracent également un horizon plus concret d’une lutte contre la guerre par en bas et est un puissant rappel que les travailleurs ont les outils en mains pour arrêter la machine de guerre. En effet la Biélorussie est un pays allié de la Russie et joue en l’occurrence un rôle clef dans le conflit en tant que zone de transit pour le matériel militaire notamment. Dans notre cas les actions de sabotage menées par les cheminots paralysent l’acheminement du matériel et plus largement oblige les troupes russes à se montrer discrètes et à dissimuler les armes sous couverture civile. Le courage des cheminots biélorusses en refusant les velléités belliqueuses de la Russie et en affrontant la répression de leur propre gouvernement est un premier pas pour que la classe ouvrière russe, biélorusse et ukrainienne fraternise et lutte de concert pour la paix, par la grève et la multiplication des actions de sabotages.



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Biélorussie   /    Cheminot-e-s   /    Monde