^

Monde

Patagonie

Argentine. À Chubut, une mobilisation massive fait retirer la loi sur les méga-mines

Après six jours de mobilisations et de grèves, notamment des travailleurs portuaires et maritimes, le gouverneur de Chubut, en Patagonie argentine, a annoncé le retrait d’une loi autorisant l’extraction polluante de plomb, d’argent et de cuivre dans deux départements de la province.

lundi 20 décembre 2021

Le 15 décembre, l’assemblée législature de la province de Chubut, en Patagonie argentine, avait voté en faveur de la loi dite « loi de zonage de l’activité minière », qui implique une diversification productive sur la province, en ouvrant un zonage minier qui résiste depuis près de deux décennies. Cette loi autoriserait l’exploitation de nouvelles ressources telles que le plomb, l’argent et le cuivre dans deux départements de la province.

Elle a été votée dans le dos de la population, lors d’une session qui n’avait pas été annoncée pour éviter la colère des organisations environnementales et d’une grande partie de la population fermement opposée au projet. En fait, le gouvernement de Chubut avait déjà dû annuler et reporter le vote plusieurs fois auparavant en raison des manifestations.

Évidemment, tentative ratée. La réponse populaire contre cette loi a éclaté le jour même, avec des mobilisations dans plusieurs localités de la province, où des milliers de manifestants ont fait face à la répression brutale de la police provinciale qui a réprimé avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

Grève des travailleurs maritimes pour la défense de l’environnement

Et depuis mercredi dernier la lutte contre la loi a continué de s’intensifier. Le samedi 18 décembre, une conférence de presse a réuni les syndicats portuaires et maritimes, les syndicats de la santé publique, des enseignants et de la magistrature, ainsi que l’assemblée environnementale. Les travailleurs maritimes y ont annoncé le début d’une grève illimitée contre le zonage minier.

Dans leur communiqué, ils affirment que cette loi a un impact « négatif sur notre principale ressource, qui est l’eau, nous nous associons à la revendication et à la défense de la ressource la plus précieuse que nous possédons, en demandant l’abrogation immédiate de la loi sur le zonage minier ».

Le fait que des travailleurs de secteurs stratégiques tels que les travailleurs portuaires, qui constituent avec les travailleurs du pétrole l’un des principaux bataillons du mouvement syndical provincial, se soient joints à la rébellion des jeunes, a ouvert la porte à une puissante alliance sociale qui explique en partie le triomphe de la mobilisation et la défaite du gouvernement péroniste extractiviste de Chubut.

Une claire politique extractiviste pour payer la dette externe

Tout cela se déroule dans un contexte où le gouvernement national tente de concrétiser un accord avec le Fond Monétaire International et favorise l’extractivisme afin d’utiliser les dollars générés pour payer la dette externe.

Sur cette question, Myriam Bregman, députée nationale du Front de Gauche et des Travailleurs, est intervenue lors de la séance de discussion du budget 2022, remettant en cause l’accord avec le FMI, et les politiques d’extractivisme et de pillage menés par le gouvernement : « à Chubut, ils répriment, arrêtent les gens, les suivent jusque dans leurs maisons. Cela se passe en ce moment parce que le gouvernement a besoin de dollars pour payer la dette. Ce n’est pas un hasard, ce n’est pas un mal, c’est une politique extractiviste, une politique de pillage. Nous soutenons le peuple de Chubut qui se rebelle et nous disons plus : ces gens qui se soulèvent, ces gens qui se soulèvent aussi face à la brutalité policière, donnent un signe de ce qui va se passer dans ce pays quand les conséquences des politiques exigées par le Fond Monétaire commenceront à se faire sentir sérieusement ».

Cette victoire de la mobilisation ouvrière et populaire qui est descendue dans la rue pour défendre l’eau doit être le moteur de la lutte contre l’austérité et le pillage qui frappent la province et le pays tout entier. C’est une victoire qui confirme le potentiel de l’unité ouvrière et populaire dans les rues, avec la jeunesse et le mouvement environnemental, pour faire face aux politiques extractivistes promues par le gouvernement national pour payer la dette et se conformer au mandat du FMI.



Mots-clés

PTS   /    Grève   /    Argentine   /    Monde