Meeting Anasse Kazib 2022

« Anasse est une voix des transports, et le porte-parole de notre futur » Wynnessa gréviste de Transdev

Wynnessa, gréviste Transdev

« Anasse est une voix des transports, et le porte-parole de notre futur » Wynnessa gréviste de Transdev

Wynnessa, gréviste Transdev

Wynnessa intervenait au grand meeting de lancement de la campagne d’Anasse Kazib mercredi 20 octobre. L’occasion de revenir sur l’actualité de la grève entamée il y a sept semaines au dépôt de Vaux le Pénil contre la direction de Transdev qui cherche à dégrader les conditions de travail et d’apporter un soutien vibrant à Anasse Kazib.

Merci pour l’accueil. Je tenais à m’excuser pour le retard, je sors tout juste de médiation. Une médiation catastrophique. Je ne vais pas épiloguer là-dessus, je vais juste vous dire qu’ on en est à notre septième semaine de grève et qu’est on est partis pour faire un mois complet de plus.

La direction nous dit très clairement qu’ils ne lâcheront que des miettes sur les temps indemnisés. Elle ne nous propose que des négociations de curseur et nous enlève ailleurs ce qu’elle veut bien nous concéder autre part. Mais très clairement de ses propositions nous n’en voulons pas. Nous sommes catégoriques : l’accord socle on en veut pas, les appels d’offre on en veut pas.

Dans ce contexte, nous avons décidé de réfléchir à comment pousser des négociations communes avec tous les dépôts, parce que nous nous rendons bien compte que les négociations dépôt par dépôt nous désavantagent. Transdev essaye de manger petit à petit la grève et de faire signer les dépôts un par un. Ils veulent gagner rapidement pour envoyer le message à Ile de France Mobilités (la Région Ile de France) que ce sont eux les meilleurs et qu’ils ont tout compris aux négociations.

Mais ils peuvent penser ce qu’ils veulent, sur le dépôt où je travaille, à Vaux-le-Pénil, ça ne marchera pas. Nous nous partons sur un mois de grève complet au mois d’octobre et nous continuerons tant qu’il le faudra.

Ce soir, je suis venue remercier Anasse. Anasse, c’est un de nos piliers, c’est la voix du transport. Il vient très régulièrement sur notre piquet de grève pour prendre la température et quand nous avons le moral au rabais après des négociations difficiles et comme ce soir rien de concret à proposer aux grévistes après sept semaines de grève. Il est toujours là. Il m’appelle, me demande des nouvelles du conflit, quand il y a besoin de soutien. A chaque fois lui et ses camarades viennent nous redonner de la force et ils reviendront à chaque fois que cela sera nécessaire.

Si je viens ce soir, si j’ai fait quarante kilomètres avec mes collègues, parce que je ne suis pas venue toute seule ce soir, c’est pour dire que nous soutenons Anasse et que nous serons avec lui jusqu’au bout. Parce qu’il est le porte-parole de notre futur et qu’il prend énormément de temps et d’énergie pour nous. Alors nous croisons les doigts et nous espérons vraiment qu’il pourra aller jusqu’aux Présidentielles et jusqu’au bout. On va gagner !

Les grèves et combats qui se jouent actuellement à Transdev mais aussi dans d’autres sociétés, dans la sécurité, à Bergams, ou encore pour les femmes de ménages chez Disney ont tous un point commun : la dégradation de nos conditions de travail. Il faut que tous ensemble nous passions la seconde, que nous préparions des grèves et actions communes que nous allions dans la rue ensemble pour dire non aux offensives qui se généralisent contre le monde du travail. On dit non dans le transport, mais aussi à Bergams, les femmes de ménage, etc., disons le tous ensemble. Ce qui se passe est inacceptable. A Bergams, ils ont perdu 1000 euros net sur leurs salaires. C’est énorme.

Si je suis là ce soir, c’est pour essayer de trouver des solutions. Parce que pour intensifier le rapport de force avec la direction, il faudrait que tous les dépôts de Transdev se coordonnent, l’étape d’après c’est que tous les grévistes quel que soit le secteur le fassent à leur tour. Ces idées, c’est Anasse qui nous les a transmises, qui nous a dit qu’à Transdev, il fallait que les dépôts se rencontrent. J’en reviens à Anasse, mais j’insiste si je suis là ce soir après des négociations catastrophiques, complètement lessivée après avoir passé ma journée sur le piquet de grève depuis 4 h ce matin et délaissant ma fille ce soir, c’est que je tenais vraiment à soutenir Anasse.

Ma fille aussi est venue. Elle aussi soutient Anasse, parce qu’elle s’est aperçue qu’Anasse ne parlait pas que du transport, mais qu’il parlait aussi de son cas, celui d’une étudiante. Ma fille est en train de galérer pour pouvoir ne serait-ce que continuer à étudier. L’éducation nationale l’oublie complètement. La réalité c’est que nous n’avons pas d’argent et que donc pour l’instant nous ne constituons pas une priorité. Ma fille veut devenir architecte et on veut lui faire faire du management. C’est pour cela qu’elle est là ce soir, parce qu’elle aussi soutient Anasse. Elle m’a dit « je sais qu’il défend également les étudiants, et qu’il se bat pour une éducation pour tous. ». Anasse ce n’est pas seulement la défense des salariés du transport, ni même de tous les salariés. Anasse il se bat pour notre classe sociale. Soutenez et votez Anasse

Pour finir j’aimerais demander à mes collègues de venir à la tribune à mes côtés. Je vous présente Luigi, Sabaa, Neila et Olivier. Il sont en train de souffrir, ce sont des conducteurs et ils sont en grève depuis sept semaines. J’aimerais également demander aux salariés de Roissy et AirFrance de venir sur le podium. Merci à vous. Bonne soirée.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[Transdev]   /   [#Anasse2022]   /   [Présidentielles 2022]   /   [Anasse Kazib]   /   [mouvement ouvrier]   /   [Grève]   /   [Notre classe]   /   [Politique]

COMMENTAIRES