^

Politique

Présidentielle 2022

Abstention record et remake de 2017 : au 2ème tour, ni Le Pen ni Macron !

Malgré le « vote utile », le 1er tour de la présidentielle a signé hier un remake de 2017 sur fond d’abstention massive. Alors que l’urgence est à préparer les mobilisations à venir et à construire un bloc de résistances, pour le 2ème tour ce sera ni Le Pen ni Macron !

lundi 11 avril

Remake de 2017, vote utile et abstention massive

Macron – Le Pen : le 24 avril prochain c’est donc un remake de 2017 qui se jouera. Avec respectivement 27,6% et 23,4%, le Président sortant et son projet de guerre sociale ainsi que la candidate néo-libérale et raciste du Rassemblement national, tous deux favoris, se sont finalement qualifiés, promettant un deuxième tour 100% réactionnaire pour la classe ouvrière, la jeunesse et les quartiers populaires.

De fait, les deux candidats ont été élus sur fond d’abstention massive. Autour de 26%, celle-ci atteint un niveau inédit depuis 2002 après une non-campagne, marquée par l’absence de débats imposée par Emmanuel Macron. Plus structurellement, elle indique la continuité de la crise du régime, incapable de susciter l’adhésion des classes populaires et de la jeunesse. De quoi affaiblir le prochain Président et annoncer un quinquennat potentiellement explosif.

Derrière le duo de tête, Jean-Luc Mélenchon brigue une nouvelle fois la troisième place avec 22% des suffrages et 500.000 voix d’écart avec Marine Le Pen. Si le candidat de l’Union Populaire aura bénéficié dans la dernière ligne droite d’une pression au « vote utile » qui lui permet de réaliser une percée par rapport aux sondages, elle ne lui aura pas permis d’accéder au 2ème tour.

Ce phénomène de « vote utile » aura plus largement joué un rôle central dans l’élection, comme le démontre le tassement des résultats de l’ensemble des candidats situés en dehors du trio de tête. Avec respectivement 4,8% et 1,7%, Valérie Pécresse et Anne Hidalgo signent notamment les pires résultats de l’histoire de leurs partis, marquant l’approfondissement de la crise du bipartisme ouverte en 2017. Éric Zemmour et son programme ultra-raciste se placent de leur côté en 4ème position avec 7,1%, loin derrière ses espoirs de deuxième tour, tandis qu’avec 4,6% et 2,3%, Yannick Jadot et Fabien Roussel essuient un revers. De leur côté, deux candidats d’extrême-gauche réalisent des scores faibles, 0,8% pour Philippe Poutou et 0,6% pour Nathalie Arthaud pour un total de 460.000 voix (contre 630.000 en 2017).

Un deuxième tour réactionnaire : ni Le Pen, ni Macron !

Avec le remake Macron – Le Pen revient déjà dans la bouche des éditorialistes le fameux « front républicain » du 2ème tour. De fait, l’extrême-droite signe un score total important avec 32,1% des voix au total, 6 points de plus qu’en 2017, l’émergence d’une nouvelle figure ultra-réactionnaire comme Eric Zemmour, et des projections de second tour qui s’annoncent plus serrées qu’en 2017.

Après un premier quinquennat Macron marqué par l’offensive sécuritaire, autoritaire et raciste du gouvernement, la répression ultra-violente des mouvements sociaux, les lois islamophobes ou les dissolutions d’organisations, l’arnaque du « barrage » à l’extrême-droite n’a cependant jamais paru aussi évidente. C’est Macron et son gouvernement qui ont attisé le climat réactionnaire des dernières années, et la lutte contre l’extrême-droite et ses idées passe par une lutte intransigeante contre le macronisme.

Aussi, pour Révolution Permanente au 2ème tour, comme en 2017, ce sera ni Le Pen, ni Macron. Alors que les deux candidats portent des projets de guerre sociale l’urgence est à préparer le troisième tour social et un bloc de résistances qui cherche à lier des secteurs en lutte pour se défendre et contre-attaquer face aux offensives à venir, dans la continuité des riches mobilisations du quinquennat.



Mots-clés

gauche   /    Extrême-gauche   /    Présidentielles 2022   /    Marine Le Pen   /    Présidentielles 2017   /    Jean-Luc Mélenchon   /    Emmanuel Macron   /    Politique