×

31 janvier

35 000 manifestants à Montpellier contre la réforme des retraites : la jeunesse entre dans la bataille

Ce mardi 31 janvier, à l'appel de l'intersyndicale 35 000 personnes ont défilé dans les rues de Montpellier contre la réforme des retraites. La grève a été particulièrement suivie dans les secteurs de l'éducation et des transports, mais la jeunesse fait elle aussi son entrée dans la mobilisation.

Typhaine Cendrars

1er février 2023

Facebook Twitter

C’est un cortège encore plus fourni que celui du jeudi 19 janvier qui a battu le pavé ce mardi matin à Montpellier. Cette deuxième journée de grève et de mobilisation nationale, qui a réuni 35 000 personnes selon la CGT, traduit une mobilisation en hausse. Une dynamique semblable à celle de la mobilisation à échelle nationale, puisque l’intersyndicale a revendiqué 2,8 millions de manifestations ce mardi, contre 2 millions le 19 janvier.

De nombreux secteurs en grève, la jeunesse rentre dans la danse

Tout comme le 19 janvier, à Montpellier de nombreux secteurs étaient en grève ce mardi 31 janvier. Parmi eux, l’éducation était massivement présente avec encore une fois des taux de grévistes très importants, et de nombreux établissements de la ville représentés par des cortèges dans la manifestation. La mobilisation a aussi rassemblé les secteurs des postiers, de la recherche publique, de la santé et du social et le monde du spectacle notamment. Les transports quant à eux étaient aussi fortement mobilisés même si la mobilisation au sein de la Tam, l’entreprise de transport public de Montpellier, n’a cette fois-ci pas mis le service à l’arrêt total. L’aéroport de Montpellier était lui fermé dans la nuit de lundi à mardi. Une grève ce mardi des contrôleurs aériens a perturbé le trafic toute la journée.

En outre, la grande nouveauté de ce mardi 31 janvier a résidé dans l’irruption dans la lutte de la jeunesse, qui était présente en nombre avec beaucoup de lycéens et de jeunes dans la manifestation mais aussi et surtout un cortège de l’université Paul Valéry qui a rassemblé des centaines d’étudiants dans une ambiance très combative.

Jeudi dernier, une assemblée générale dans l’université d’art, de lettre et de sciences sociales de Montpellier, avait appelé à la constitution d’un cortège des étudiants et travailleurs de l’université. Les étudiants et personnels mobilisés se sont retrouvés ce matin pour tenir un piquet de grève devant l’université avant de partir en cortège commun pour rejoindre la manifestation de la ville contre la réforme des retraites. L’université de science qui a, elle aussi, tenu une assemblée générale jeudi dernier avec beaucoup de personnels, a rejoint le cortège de Paul Valéry dans un cortège inter-fac enthousiaste.

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies dans le cortège de Paul Valéry pour dire leur refus de la réforme des retraites qui pénalisera, évidemment, aussi les jeunes.

Après une journée de mobilisation réussie : continuer à élargir la mobilisation à la base

Alors que la mobilisation grossit à échelle nationale avec 2,8 millions de manifestants ce mardi contre 2 millions lors de la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, les journées de mobilisation espacées ne suffiront pas à faire flancher Macron et son gouvernement.

La jeunesse qui a fait une vraie entrée dans la mobilisation aujourd’hui, notamment grâce aux assemblées générales qui se sont tenues dans des dizaines d’universités nationalement, peut participer à intensifier le rapport de force contre le gouvernement. Pour cela, elle doit s’organiser et se structurer : les assemblées générales sont les espaces d’auto-organisation que nous devons construire et investir pour faire des étudiants et de la jeunesse en général un réel acteur de ce mouvement de contestation massif contre la réforme des retraites. Pour s’organiser et faire de Paul Valéry une place forte de la mobilisation rendez-vous en assemblée générale ce jeudi 2 février à 12h15 en Amphi 7 !

Plus largement comme l’écrivait Damien Bernard dans son bilan de la mobilisation à mi-journée : « La massivité ne doit cependant pas masquer les contradictions du mouvement, notamment sur le plan de la grève. Si la grève et la mobilisation s’étendent au niveau national, on n’observe en effet pas de dynamique expansive de la grève dans les secteurs les plus stratégiques. Ici, la responsabilité de la stratégie de pression de l’intersyndicale mérite d’être discutée ». La colère est là, plus que jamais construisons la perspective de la reconductible.


Facebook Twitter
Répression syndicale, du jamais vu depuis l'après-guerre

Répression syndicale, du jamais vu depuis l’après-guerre

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Education. Dans le 95, la mobilisation se construit autour du lycée Simone de Beauvoir

Grève illimitée à l'hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

Grève illimitée à l’hôpital du Mans : « On met des rustines à chaque fois mais on est au bout »

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation