^

Politique

Blackout médiatique

« 0 radio et 0 télé en quatre mois » : les médias invisibilisent la candidature d’Anasse Kazib

La campagne d’Anasse Kazib entre dans la dernière ligne droite de la recherche de parrainages. Malgré les meetings et l‘intérêt qu’elle suscite, le black-out médiatique reste fort. Le cheminot n’a ainsi été invité sur aucun plateau télé pour présenter sa candidature.

jeudi 3 février

Avec les premiers parrainages officiels validés par le conseil constitutionnel, plus de 2500 participants aux meetings de campagnes et de nombreux meetings à venir, la campagne d’Anasse Kazib se poursuit malgré les nombreux obstacles. Parmi eux, la très faible couverture médiatique de la candidature du cheminot et son impossibilité d’accéder à des médias à grande audience.

« Son unique passage télé date d’octobre, il n’était pas centré sur la campagne mais faisait suite à des menaces de mort qu’Anasse avait reçu de l’extrême-droite. Depuis, Anasse n’a été reçu sur aucun plateau télé, aucune radio pour parler de sa candidature », explique ainsi Paul, de l’équipe de campagne. « Quand on sollicite les journalistes, ils nous expliquent être intéressés mais plus tard, il y a clairement une sensation de boycott de ces médias », ajoute-t-il.

Un constat d’autant plus surprenant que la presse s’est quant à elle plutôt emparée du sujet, avec des portraits et des articles dans des journaux aussi divers que Le Point, Libération, Marianne ou L’OBS. Des médias auxquels il faut ajouter les médias indépendants qui ont invité Anasse, du Média à Mediapart en passant par QG, Ballast ou encore Reporterre,.

Cependant, les médias télé et radio, plus « massifs », restent largement fermés. Une difficulté commune à tous les « petits » candidats, mais qui semble renforcée pour Anasse Kazib. Par exemple, Hélène Thouy, candidate du Parti animaliste qui revendique un nombre de promesses de parrainages similaire à celui de Anasse Kazib a été invitée sur la matinale de France Inter, dans l’émission « Questions politiques » de France TV, sur le plateau de LCP ou encore sur l’antenne de RMC. Dans le même sens, Philippe Poutou, candidat du NPA, a pu être entendu sur France Inter ou encore sur le plateau de France 2 dans l’émission « On est en direct ». Cela reste trop peu en comparaison du temps d’antenne des « gros candidats », mais comment expliquer une telle différence de traitement par rapport au cheminot ?

Cette faible exposition pose bien entendu la question de la visibilité accordée à chacun pour défendre ses idées. Mais il s’agit également d’un obstacle supplémentaire pour dans la course aux 500 parrainages indispensable à la concrétisation de la candidature. Comme l’expliquait un militant participant à la collecte des parrainages dans nos colonnes : « On a des élus qui nous demandent pourquoi on ne voit pas notre candidat à la télé ou à la radio. Un maire m’a dit ‘’Si il a vraiment plus de 200 parrainages pourquoi il n’est pas invité à la télé ?’’ C’est un énorme problème parce que ça crée du doute chez les élus, et ça nous empêche également de nous adresser à une sphère plus large de maires qui ne connaissent pas encore Anasse »

Cet obstacle, s’ajoutant à celui de la collecte des 500 parrainages démontre une fois de plus le caractère antidémocratique des élections. Toutefois, le candidat cheminot et ses soutiens sont déterminés à mener la bataille jusqu’au bout, pour « ouvrir la porte des présidentielles au pied de biche », comme il l’expliquait sur le Média. 120 tournées de parrainages sont déjà organisées cette semaine pour assurer la dernière ligne droite de la collecte, mais il en faudra plus pour arriver à décrocher les 500 signatures. Pour cela, votre soutien est nécessaire !

Rejoignez la campagne de Anasse Kazib en vous inscrivant sur www.anassekazib2022.fr pour faire un don, prêter une voiture, participer à une tournée ou contacter votre maire. Avec vous tout est possible !



Mots-clés

#Anasse2022   /    Présidentielles 2022   /    Anasse Kazib   /    médias   /    Politique