^

Politique

Extrême-droite

Dans l’impunité, Génération Identitaire reprend ses traques de migrants dans les Pyrénées

Quelques semaines seulement après l’immonde attaque qu’ils avaient menée contre une distribution de soupe populaire à Rouen, les identitaires remettent le couvert avec une nouvelle « Opération anti-migrants » dans les Pyrénées.

mercredi 20 janvier

Opérations de Génération Identitaire dans les Alpes en 2018 / Crédits photo : AFP

C’est le retour des doudounes bleues, trois ans après leur première opération coup de com dans les Alpes, où ils avaient déployés banderoles et hélicoptères, les militants xénophobes de génération identitaire reprennent leurs immondes chasses aux migrants.

Le mode opératoire reste sensiblement le même : patrouiller le long d’une frontière et dénoncer aux forces de l’ordre maréchaussée le moindre exilé qui tenterait de traverser ces montagnes enneigées.

Ce mardi 19 janvier, ils étaient une trentaine au niveau du col du Portillon (Haute-Garonne) dans les Pyrénées pour « défendre les frontières » dans une nouvelle opération anti-migrants nommée « Mission Pyrénnées ». Les défendre contre des migrants qui seraient « des voleurs, des violeurs et des terroristes en puissance » selon Jérémie Piano, un des cadres de Génération Identitaire déjà a l’initiative de l’abjecte banderole déployée le 13 juin dernier pendant la manifestation parisienne contre le racisme et les violences policières.

« Nous avons voulu prêter main-forte aux forces de l’ordre » a expliqué la porte-parole de Génération Identitaire. Ils étaient donc là pour compléter une répression aux frontières déjà bien organisée par l’Etat et par un gouvernement qui enchaîne les lois xénophobes et sécuritaires. Et comme à leur habitude ils ont activement communiqué sur leurs réseaux à grand renfort de vidéos et de photos. Leur présence n’a pour le préfet provoqué «  aucun trouble à l’ordre public  », montrant encore une fois l’impunité dont jouissent ces groupes d’extrême-droite.

Bien que, comme à leurs habitudes, l’essentiel de leur activité consiste à poser avec leurs 4x4 floqués DefendEurope pour des photos et vidéos qui alimenteront leurs réseaux dans les prochaines semaines, cette nouvelle opération montre encore une fois l’impunité des groupes d’extrêmes droites.

En effet ces chasses aux migrants, pourtant illégale, semble cautionnée par la justice qui a récemment relaxé trois cadres de génération identitaire poursuivie pour leur action de 2018 dans les Alpes . Un véritable feu vert de la justice pour l’organisation d’extrême droite, qui récidive ainsi moins d’un mois après cette décision. Un bel exemple de la justice de classe qui n’hésite pas à contrario, à condamner des militants pour avoir aidé et hébergé des migrants . Pour le gouvernement, le délit de solidarité semble plus condamnable que le racisme et la xénophobie.

Ce deux poids deux mesures n’est pas nouveau et génération identitaire en avait déjà été l’un des exemples les plus criant avec le selfie pris par sa porte-parole depuis l’intérieur du camion de police l’exfiltrant de la manifestation contre le racisme et vos violences policières. Les militants identitaires tout sourire aux côtés de la police n’ont pas été inquiétés une seule seconde, pas de garde à vue, pas de poursuites, la police faisant seulement office de garde du corps de l’extrême droite.




Mots-clés

Génération identitaire   /    Extrême-droite   /    Immigration   /    Politique